Avec l'association Bel Horizon, découvrez la ville d'Oran, son patrimoine, son histoire, Santa Cruz et d'autres monuments historiques

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Période Ottomane
 
Après la seconde libération, le bey Mohamed El Kébir fit d'Oran la capitale du Beylick de l'Ouest. En administrateur avisé, il entreprit de moderniser la ville et la remettre des terribles destructions qu'elle a subies lors du tremblement de terre de 1790. Il créa de nouveaux quartiers et imposa l'alignement. Il encouragea le repeuplement de la ville et fit construire le palais du Bey, et la mosquée du Pacha avec son minaret octogonale typiquement ottoman.

Oran a connu lors de cette courte période plusieurs beys de moindre envergure et qui furent loin d'égaler les compétences de Mohamed El Kébir.

Le dernier bey d'Oran est Hassan. Avant lui, il y eut : Mohamed El Kébir, Othmane, Hocine El Manzali, Mohamed Mekalèche et Mohamed El Rekid.
A la veille de l'occupation française, la province est affaiblie par les luttes intestines autour du pouvoir et l'impuissance de son dernier bey.
  voir les photos  
| préhistoire et antiquité | arabo-islamique | espagnole | ottomane | française | actuel |
| Accueil | Présentation | Histoire d'oran | Textes choisis | Presse | Produits | Contact |
Conception et Hébergement : oriaxe.com