Avec l'association Bel Horizon, découvrez la ville d'Oran, son patrimoine, son histoire, Santa Cruz et d'autres monuments historiques

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

histoire d'oran
 

Période Espagnole
 
La chute du royaume musulman d'Espagne en 1492, donne naissance à une Espagne conquérante.

A sa mort en 1504, la reine d'Espagne, Isabelle la Catholique, laisse un testament dans lequel elle recommande la conquête de l'Afrique. L'année suivante voit Mers El Kébir tomber entre les mains des Espagnols. Quatre ans plus tard, soit en 1509, le Cardinal Ximenes de Cisneros s'empare d'Oran. Diego Fernandez de Cordova, marquis de Comarès, est gouverneur de la ville. Devant les difficultés de conquérir l'intérieur du pays et avec l'apparition des troupes ottomanes, les Espagnols décidèrent de faire d'Oran une place forte, un presidio majeur.

Ils édifièrent un système de fortifications complexe, formé de châteaux forts, de fortins, de tours, de bastions et autres murailles reliés entre eux par un système ingénieux de galeries de communications souterraines et autres postes de vigie. La ville résista à une dizaine de sièges. Il a fallu attendre l'année 1708, soit après deux siècles d'occupation, pour que la ville soit enfin libérée par les troupes algéro-ottomanes du bey Bouchelaghem . Mais ce fut un intermède de courte durée (24 ans), puisque les Espagnols reprirent la ville en 1732 après le débarquement de l'armada du Duc de Montémar sur les rivages d'Aïn El Turc. Les Espagnols renforcèrent les fortifications militaires existantes et en érigèrent d'autres. Ils firent d'Oran, l'une des villes les plus fortifiées de la Méditerranée avec les ouvrages de Santa Cruz, le Rozalcazar, San Felipe, San André, Santa Barbara, Santa Thereza, San Gregorio, Santiago, San Fernando, Nasciemento, Torre Gorda, San Jose, etc.

En octobre 1790, Oran fut frappée par un terrible tremblement de terre qui détruisit une bonne partie de la ville et divers monuments. Le bey Mohamed El Kébir entreprit de libérer définitivement la ville, et entre à Oran en février 1792, mettant fin à près de trois siècles de présence espagnole à Oran.

  voir les photos  
| préhistoire et antiquité | arabo-islamique | espagnole | ottomane | française | actuel |
| Accueil | Présentation | Histoire d'oran | Textes choisis | Presse | Produits | Contact |
Conception et Hébergement : oriaxe.com