Avec l'association Bel Horizon, découvrez la ville d'Oran, son patrimoine, son histoire, Santa Cruz et d'autres monuments historiques

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Période arabo-islamique
 
C'est par les écrits d'Ibn El Waraq, que nous est parvenu le récit fondateur de la ville d'Oran. C'est ainsi que nous apprenons que la ville, en tant que cité musulmane délimitée dans l'espace, a été l'œuvre des Andalous de l'Espagne musulmane. Oran a donc été créée en l'an 290 de l'hégire, correspondant à l'an 902-903 après JC, par les marins andalous Mohamed Ibn Abi Aoun et Mohamed Ibn Abdoun avec l'assentiment des tribus berbères présentes dans la région dite Yfri. Oran l'andalouse est née et devint rapidement une ville florissante en suscitant fatalement des convoitises. Elle fut d'abord au centre d'un conflit permanent entre les Omeyyades de Cordoue et les Fatimides d'Ifrikia, directement ou par tribus interposées dont les plus célèbres furent les Maghraoua, les Ifrinide, les Sanhadja ou les Azadja.

En 1082, la ville passe entre les mains de Youssef Ibn Tachfine, fondateur de la dynastie des Almoravides (Mourabitounes), pour 63 ans. En 1145, l'almohade Abdelmoumen Ibn Ali s'empare d'Oran qui vécut alors une longue période 'mouahid' florissante. Cette situation de stabilité dura près d'un siècle.
Oran deviendra Zianide en 1228 quand elle tombe entre les mains de Yaghmorassen. Plus tard la ville est prise par les Mérinides, et Abou El Hassan vient y résider en 1347. Il ordonna la construction d'une fortification à Mers El Kébir et probablement les donjons du Rozalcazar.

Mérinide ou Zianide, Oran demeurera attachée au royaume de Tlemcen, dont elle constituait le principal débouché, jusqu'à sa conquête par les Espagnols.

Oran aura été aussi un important centre intellectuel en donnant naissance à des savants qui se sont installés à Cordoue et à Séville notamment. La fin de cette période vit un rayonnement culturel particulier avec la présence à Oran de Sidi El Houari (1351-1439) et son disciple Ibrahim Tazi, mort en 1463. La ville fut visitée en ce moment par Hassan El Wazan, dit Léon l'Africain, qui donne l'une des dernières descriptions de la ville avant l'arrivée des Espagnols.

  voir les photos  
| préhistoire et antiquité | arabo-islamique | espagnole | ottomane | française | actuel |
| Accueil | Présentation | Histoire d'oran | Textes choisis | Presse | Produits | Contact |
Conception et Hébergement : oriaxe.com